Phone: +234-7067899368 +234-8028761792

COVID-19 : La Fondation CLEEN Observe Un Niveau Elevé D’extorsion Par Les Agents de Sécurité qui Appliquent Le Verrouillage dans Le Sud-Sud ; Exige Une Enquête Sur Ces Pratiques à Travers Le Pays

COVID-19 : La Fondation CLEEN Observe Un Niveau Elevé D’extorsion Par Les Agents de Sécurité qui Appliquent Le Verrouillage dans Le Sud-Sud ; Exige Une Enquête Sur Ces Pratiques à Travers Le Pays

Pour Diffusion Immédiate
Mardi 14 Juillet 2020
Abuja – Nigéria
15 :00

COVID-19 : La Fondation CLEEN Observe Un Niveau Elevé D’extorsion Par Les Agents de Sécurité qui Appliquent Le Verrouillage dans Le Sud-Sud ; Exige Une Enquête Sur Ces Pratiques à Travers Le Pays

1.0 Introduction

 Alors que la pandémie de coronavirus (Covid-19) continue de ravager de nombreux États de la Fédération, les gouvernements à tous les niveaux continuent d’adopter diverses mesures dans le cadre d’efforts collectifs pour endiguer la marée du virus au Nigéria. Pratiquement tous les secteurs des sphères publique et privée ont été touchés par la pandémie avec une augmentation des violations des droits de l’homme par les acteurs de la sécurité de l’État, des décès inexpliqués dans certaines parties du Nord-ouest / Nord-est du Nigéria et des extorsions par des agents d’application de la loi aux frontières de l’État et sur les autoroutes malgré un interdiction des voyages interétatiques. L’augmentation des taux de violence sexuelle et sexiste pendant et après la période de verrouillage dans diverses régions du pays est une évolution préoccupante. Malheureusement, ces informations faisant état de divers abus sexuels, inceste, violence domestique, viols conduisant au meurtre se sont poursuivies sans relâche. Le consensus dans la région sud-sud a été l’adoption de masques faciaux comme mesure préventive dans la lutte contre la pandémie suite à la facilité progressive de verrouillage à Abuja, Lagos et Ogun à partir du 4 Mai 2020. L’utilisation des masques faciaux a été jumelée à d’autres COVID -19 directives et cadres juridiques dans certains cas de la part de certains gouvernements de la région dans le but de mettre fin à la pandémie au Nigéria.

Le taux croissant de cas confirmés de COVID-19 au Nigéria et pour la région inclusive a été une source de grande préoccupation. Au 30 Juin 2020, la zone géopolitique Sud-Sud enregistrait 3417 cas confirmés, 1254 libérés et 116 décès. Une ventilation montre qu’il y avait 965 cas confirmés, avec 190 sortis de l’hôpital et 23 décès enregistrés dans l’état du Delta. Dans l’État de Rivers, nous avons enregistré 1056 cas confirmés, dont 622 sortis et 38 décès. En outre, Bayelsa a enregistré 205 cas confirmés, dont 100 sortis et 14 décès. L’État d’Akwa Ibom 86 cas confirmés, 54 sortis et 2 décès tandis que l’État d’Edo comptait 1105 cas confirmés, 288 sortis et 39 décès. Cependant, l’État de Cross River est resté le seul état sans cas connu de COVID-19, sans rejet et sans décès à la suite de la pandémie.

D’une manière générale, dans toute la région, la conformité à l’utilisation des masques faciaux était particulièrement visible dans les parties urbaines de la région, mais faible dans les zones rurales. Dans certains cas, comme dans les zones fluviales, il y a eu des cas de non-respect de l’utilisation des masques faciaux et de la distanciation sociale. La tendance était non seulement perceptible chez les résidents, mais aussi des acteurs de la sécurité déployés pour des fonctions de COVID-19 ont été observés dans divers cas sans l’utilisation de masques faciaux en service. L’extorsion par les acteurs de la sécurité était presque à l’ordre du jour dans certaines parties de la région alors que les agents de sécurité déployaient diverses tactiques pour collecter des fonds auprès des résidents. Celles-ci allaient de la non-utilisation des masques faciaux à l’extorsion de passagers à l’intérieur et au-delà des frontières des États. La complicité des acteurs de la sécurité doit être abordée dans le cadre des mesures en cours pour contrôler la pandémie au Nigéria. Nous plaidons pour la priorisation de la sécurité des acteurs de la sécurité sur les tâches du COVID-19 et des mesures disciplinaires efficaces et rapides pour contrôler les actions de faute professionnelle d’agents de sécurité en erreur. Nous recommandons également que les officiers qui ont fait preuve de professionnalisme pendant la période de verrouillage de Covid-19 soient officiellement félicités.

  1. Méthodologie

Dans le cadre des efforts visant à atteindre les objectifs de son projet de sûreté et de sécurité publique sur le COVID-19, la Fondation CLEEN a engagé et formé 6 coordinateurs d’État et 128 observateurs dans toutes les zones d’administration locale de la région Sud-Sud. Ces coordinateurs et observateurs ont surveillé, vérifié et documenté plusieurs cas de violations des droits de l’homme par des agents de sécurité dans la région, en plus du respect par les citoyens des directives gouvernementales pendant le verrouillage total et la deuxième phase de la période de verrouillage allégé. Le projet a travaillé en partenariat avec les principaux organes de contrôle du gouvernement tels que la Commission Nationale des Droits de L’homme, la Commission des Services de Police et des institutions chargées de l’application de la loi comme la Force de Police du Nigéria (Unité De Réponse Aux Plaintes et Unité du Bureau du Genre) et le Corps Nigérian de Sécurité et de Défense Civile. La Fondation CLEEN continuera à suivre leurs réponses sur les actions institutionnelles pour répondre aux rapports qui leur sont soumis. Ce rapport est un résumé des résultats dans la zone géopolitique Sud-Sud du 1er Avril au 30 Juin 2020.

2.0 CONDUITE DU PERSONNEL DE SÉCURITÉ EN MATIÈRE D’EXÉCUTION DU COVID-19

2.1 Violations des Droits De L’homme / Exécutions Extrajudiciaires Par Le Personnel De Sécurité

Il y a eu quatre (4) cas signalés d’exécutions extrajudiciaires de civils impliquant des agents de sécurité chargés de missions COVID-19 dans la région. Au cours de la première période de verrouillage imposée par le gouvernement de l’État du Delta, nos observateurs ont enregistré un cas d’homicide extrajudiciaire par un soldat qui aurait tué par balle un jeune homme du nom de Joseph Pessu dans l’axe Ugbangwe de Warri pour avoir violé l’ordre de verrouillage du gouvernement de l’État le 1er Avril 2020. Cet incident a provoqué l’indignation publique des jeunes en colère de la région, mais la paix a été rapidement rétablie par le gouvernement de l’État et l’Armée Nigériane tandis que le soldat qui a commis l’acte a été rapidement arrêté. De même, le 25 Avril 2020, un conducteur de tricycle a été abattu par un policier dans la ville d’Otokutu, dans l’État du Delta, suite à un refus présumé par le défunt d’avancer un pot-de-vin.

Dans l’État de Rivers, une policière a été abattue par un membre du Groupe de Travail de l’État de Rivers dans la ville d’Elenu dans la zone de gouvernement local d’Obio-Akpor le 23 Avril 2020. Le personnel de police tout en veillant à ce que la courtoisie soit rétablie entre l’équipe du groupe de travail et les commerçants qui ont violé les directives du gouvernement ont été abattus par un sergent de police attaché au groupe de travail de l’État. De plus, un jeune homme a reçu une balle dans la jambe par le personnel de la Police Nigériane à Abuloma dans la zone du gouvernement local de Port Harcourt pour avoir violé l’ordre de verrouillage qui a eu lieu le 10 Mai 2020. Nous saluons l’action rapide de L’armée Nigériane en arrêter son personnel pour le meurtre extrajudiciaire d’un civil et recommander que l’ensemble de la justice soit administré par toutes les agences de sécurité dont le personnel a été inculpé pour des violations des droits de l’homme pendant la période de verrouillage de Covid-19.

2.2 Brutalité des citoyens par les agents de sécurité

 La région Sud-Sud a également enregistré des cas d’autorité, de torture et de recours à la force au-delà des niveaux autorisés. Ces actes ont été perpétrés par des agents de sécurité de l’État, y compris des équipes de la Taskforce COVID-19 mises en place par les gouvernements des États de la région. Dans l’État de Bayelsa, nos observateurs ont signalé des cas de violations des droits de l’homme et de détention illégale le 27 Avril 2020 d’enfants et de personnes vivant avec un handicap dans les zones du gouvernement local de Yenagoa et Ogbia par la Police Nigériane vers 18h00 avant le couvre-feu restreint de 19h00. En outre, un pharmacien aurait été arrêté le 12 Mai 2020 alors qu’il effectuait des tâches essentielles à Port Harcourt par le Groupe de Travail COVID-19 de l’État de Rivers. Il aurait été humilié et détenu dans la cellule de la police. Par la suite, la somme de 20 000 Nairas a été utilisée par le pharmacien pour se mettre en liberté sous caution. Nous avons également observé que l’équipe du groupe de travail de l’État intimidait les résidents tout en appliquant les ordres de verrouillage, principalement autour des zones de gouvernement local d’Obio Akpor et de Port Harcourt de l’État.

Dans l’État d’Akwa Ibom, le personnel de sécurité aurait violé les droits des citoyens en recourant à une force barbare et injustifiable. Un docteur en médecine de l’hôpital universitaire d’Uyo été agressé par le personnel de sécurité le 3 Avril 2020 même avec la production de moyens d’identité valides montrant qu’il était en service essentiel. Nous avons également reçu des informations faisant état d’intimidations qui ont entraîné des blessures sur des commerçants d’Ikot Ekpene, dans l’État d’Akwa Ibom, par des agents de sécurité, ce qui a provoqué une grave altercation. La situation a cependant été maîtrisée par l’intervention du Président du Groupe de Travail d’État COVID-19. Nos observateurs ont également rapporté qu’à Sapele, dans l’État du Delta, des agents de sécurité ont tiré sur des manifestants qui avaient organisé une manifestation pacifique contre la prolongation de l’ordre de rester à domicile le 16 Avril 2020. Certains manifestants ont été fouettés, agressés tandis que certains ont subi divers degrés de blessures.

2.3 Verrouillage Intraétatique et Extorsion Par Le Personnel de Sécurité

La Fondation CLEEN a rapporté de mouvements et d’extorsion d’automobilistes par des agents de sécurité déployés pour s’occuper de divers points dans les États de la région. Le fait de ne pas porter de masques faciaux était l’une des principales raisons de l’extorsion par les acteurs de la sécurité de citoyens malheureux. Nos observateurs ont noté que ces pratiques étaient particulièrement répandues aux points de contrôle de sécurité et aux barrages routiers. Dans l’État de Delta, nos volontaires ont rapporté que dans la communauté de Jeddo située dans la zone de gouvernement local d’Okpe, certains membres du personnel de l’Unité de lutte Contre Le Terrorisme de la Police Nigériane connue sous le nom de ‘Béret Rouge’ dans l’État ont été observés extorquer publiquement citoyens de diverses sommes d’argent sur une base quotidienne. Les montants collectés auprès des citoyens allaient de 5,000 N à 10,000 N par jour pour ne pas porter de masque facial lors de l’embarquement dans des tricycles commerciaux au cours de la période de référence. Des endroits comme Udu, le pont Otokutu, Jakpa / Ekpan, la route de l’aéroport à Warri et les villes de Sapele ont également enregistré du personnel de police collectant entre N1, 000 et N5, 000 Naira pour défaut de porter des masques faciaux a Asaba, le personnel de sécurité aux points de contrôle suivants: Okwe Junction, Summit Road, Coka Junction, Nnebisi Road, Ibusa Junction a été observé en train d’extorquer de l’argent aux citoyens pour permettre un libre accès dans la capitale de l’État, contrairement à la directive gouvernementale sur l’interdiction de mouvement dans l’État. Il en était de même pour Effurun Sapele Road, Otukutu Bridge, Ebrumede, entre autres zones de Warri. Les commerçants ont également été régulièrement extorqués par le personnel de sécurité les jours de marché établis dans la plupart des marchés des régions d’Uvwie et d’Ughelli de l’État du Delta.

Dans l’État d’Akwa Ibom, il a été observé que certains agents de la Police Nigériane de l’unité de surveillance extorquaient des opérateurs de tricycles et d’autres automobilistes dans les États en utilisant les excuses de l’absence de masque facial comme excuses pour ces pratiques. Nos volontaires ont constaté que le taux d’extorsion était particulièrement alarmant pendant la journée, ce qui permettait le mouvement du personnel. Des barrages routiers ont été montés à différents endroits de l’État, à savoir : Afaha Obong Junction, Stadium Road par Ikot Ekpene Road Abak, Pepsi Junction par Idoro Road Uyo, Ikot Abasi Road par Nouvelle Route en face du Collège Technique Abak, Mkpat Enin, Uruan, Ikot Ekpene – Ikon Road, sont des lieux d’extorsion au quotidien. On a également observé un niveau élevé d’extorsion de tricycles et d’exploitants de minibus par des fonctionnaires de l’Office National de la circulation à Uyo.

Dans l’État d’Edo, nos volontaires ont observé des incidences de brutalité et d’extorsion par le personnel de sécurité de l’État. Il y a eu des rapports selon lesquels des résidents auraient été victimes d’agressions et de traitements inhumains par le personnel de sécurité, même lorsqu’ils avaient été interpellés par les tribunaux mobiles pour avoir prétendument violé l’ordre du gouvernement sur l’utilisation de masques faciaux. Ces incidents ont été confirmés par le Nigeria Bar Association, Branche Benin Comité de suivi des Droits de L’homme que la plupart des résidents arrêtés et traduits en justice devant les tribunaux mobiles avaient leur masque mais n’en portaient pas. À Ekpomma, Edo Central, nous avons également enregistré des rapports d’extorsion par le personnel de la police de résidents qui n’ont pas observé les directives du gouvernement.

La complicité des acteurs de la sécurité pour autoriser les mouvements entre les États était particulièrement préoccupante au cours de la période considérée. Nos volontaires dans l’État d’Akwa Ibom ont rapporté qu’à la frontière entre les États de Cross River et d’Akwa Ibom, des agents de sécurité ont été vus collecter de l’argent et autoriser des bouchers à passer dans l’État de Cross River pour acheter des chèvres à vendre à Akwa Ibom malgré l’interdiction de Gouvernement de l’état d’Akwa Ibom. L’interdiction des déplacements entre États a été mise en place dans le cadre des mesures prises par les gouvernements Fédéraux pour arrêter la transmission du virus d’un État à l’autre. Dans l’État du Delta, nos observateurs ont rapporté que l’autoroute Ughelli-Bayelsa, l’autoroute Koko-Bénin et le pont principal Asaba-Onitsha sont devenus un bazar pour le personnel de sécurité qui tenait ces points de contrôle qui ont été vus extorquer des transporteurs et des navetteurs entre N500 – N3000 mille nairas à chaque contrôle point. Il y avait des entrées et des sorties régulières dans l’État par l’axe Asaba – Onitsha et Patani-Bayelsa en raison de la nature compromettante du personnel de sécurité. Dans l’État de Bayelsa, des automobilistes commerciaux ont fait la navette avec des passagers de Yenagoa à Port Harcourt (État de Rivers) et à Ughelli (État du Delta) avec la complicité du personnel de sécurité. Dans l’État de Rivers, la fermeture des frontières terrestres de l’État a été compromise, car les agences de sécurité et le Groupe de Travail de l’État auraient collecté des N1000 auprès des chauffeurs pour traverser les frontières. Nos volontaires ont en outre observé un compromis de la part du personnel de sécurité chargé de tous les postes frontières et des péages à l’entrée de l’État. Cependant, nos observateurs ont fait état de rapports louables sur la nature non compromettante du Groupe de Travail qui gère les frontières des États de Rivers et de Cross River en raison de quelques incidences d’incursion dans l’État de Rivers.

3.0 RESPECT DU PUBLIC AUX DIRECTIVES GOUVERNEMENTALES SUR LE COVID-19 DANS LE SUD-SUD

3.1 Conformité des citoyens à l’utilisation des masques faciaux / Distanciation physique dans les lieux publics

Concernant l’utilisation des masques faciaux et la distanciation physique dans la région, la conformité était faible à partielle dans la plupart de la région. Une distanciation physique a été observée dans les zones urbaines tandis que les communautés rurales et les zones fluviales continuaient à fonctionner comme d’habitude. Certains lieux de culte adhéraient au minimum aux directives de Covid-19. Les jours de marché et de mouvement approuvés ont également été à l’origine de la surpopulation des principaux marchés de la région. Dans certaines zones urbaines de l’État du Delta, il a été observé que la plupart des transporteurs ne respectaient pas la distance physique lors du transport des passagers les jours de marché. On observe que la plupart des marchés de l’État fonctionnent dans les écoles primaires et secondaires les plus proches de leur domaine et que la distance sociale n’a pas été respectée car les marchés étaient surpeuplés. Sur les principaux marchés de l’État, il a été observé qu’aucune mesure n’avait été mise en place par le gouvernement pour contrôler les foules pendant les trois jours que le gouvernement a ordonné aux citoyens d’échanger et de s’approvisionner en nourriture.

Nos observateurs ont de plus rapporte que la plupart des citoyens des zones côtières telles qu’Ayakoromo, Ogbeingbene, Okirika, Gbekebor, Obotebe, Yayorogbene, Ekoro, Egologbene, Oyangbene, Akparemogbene, Eseimogbene dans les zones du gouvernement local de Burutu n’ont pas utilisé leurs masques en sachant que les activités de l’équipe spéciale de surveillance n’était pas forte dans ces domaines. Les cavaliers et les passagers des communautés riveraines de la rivière Egbokodo à Warri, de la rivière Ethiope à Sapele, de la rivière Urie à Igbide Isoko, du ruisseau Asaba-Ase et de la rivière Aragba à Abraka, n’ont pas fait usage de leurs masques pensant que le virus ne se propagerait pas au territoire. Cependant, avec la facilité de verrouillage par le gouvernement de l’État, la plupart des supermarchés, des grands magasins, des entreprises et des bureaux désignés ont été observés pour permettre l’entrée de personnes dans leurs installations uniquement avec un masque facial tandis que le groupe de travail de l’État pour faire respecter la violation de la distance physique fermé quelques restaurants autour d’Ekpan, Ugberikoko, Ugbolokposo tous dans Uvwie LGA de l’état de Delta.

Dans l’État d’Edo, il a été observé que dans la LGA d’Etsako Est, certaines églises organisaient des programmes avec des rassemblements importants et que la distance physique n’était pas respectée, y compris sur la plupart des marchés de l’État en raison de la surpopulation. On dit que la conformité est moyenne sur l’interdiction de rassemblement public car il y a des cas signalés de rassemblement de plus de 20 personnes par des citoyens dans une partie de l’État. Il y a une conformité modérée de la part des résidents sur l’utilisation des masques faciaux, tandis que les transporteurs se sont observés pleinement conformés avec la distance physique par des navetteurs qui a été imposée par le groupe de travail de l’État. Dans la plupart des marchés visités, en particulier le marché d’Ibillo dans la LGA d’Akoko Edo et les communautés d’Okhuesan dans la LGA du sud-est d’Esan, les citoyens n’ont pas respecté la distance physique. On a observé que la plupart des transporteurs de l’État respectaient la distance physique lors des déplacements des passagers. Cependant, nous avons encore enregistré quelques cas de violations. Il a été observé que la plupart des citoyens de l’État ne respectaient pas l’utilisation de masques faciaux et la distanciation physique dans les lieux publics.

Le 4 Avril 2020, le gouvernement de l’État de Cross River a promulgué la politique « No-Mask-No Mouvement » qui interdit les déplacements de personnes dans les lieux publics sans masque facial. Une amende de 100,000 Nairas a été infligée aux défaillants. Malgré cette politique, il a été observé que certains membres de la communauté haoussa de Calabar, la capitale de l’État, ne respectaient pas les règles de distanciation sociale. Cependant, il y avait un niveau de conformité louable dans l’utilisation des masques faciaux par les résidents des zones urbaines et plusieurs violations dans les communautés rurales. La plupart des citoyens qui ont participé aux élections de la région du gouvernement local tenues en Juin 2020 portaient des masques faciaux. Cependant, le respect de la distance physique entre les citoyens n’a pas été respecté et la plupart des bureaux de vote n’ont pas été équipés de désinfectants pour les mains, en particulier en dehors de la capitale de l’État. On espère qu’avec cette nouvelle loi, le niveau de conformité à l’utilisation des masques faciaux s’améliorera dans tout l’État.

Dans l’État de Bayelsa, nos bénévoles ont observé que la distanciation sociale n’était pas observée sur la plupart des marchés de l’État. Il y a eu des rapports de non-respect de la distance physique et sociale par des navetteurs, des transporteurs et même des agents de sécurité dans l’État principalement composé de la Police, de L’armée et du Corps de Défense Civile qui ont vérifié les détails des voitures et contrôlé les mouvements de foule, y compris les patrouilles sur les autoroutes, ces agents étaient observés ne pas porter de masque facial et d’autres équipements de protection individuelle, y compris le respect de la distance sociale et physique dans leurs divers postes et casernes, y compris les forces de Police (poste de police d’Ekeki, Azikoro et d’Akenfa), la Défense Civile (route de Water Board), L’armée de l’air (le long d’Okaka voie express), L’armée et la Marine (dans la ville d’Agudama) à Yenagoa, la capitale de l’État. Il a en outre été observé que la plupart des citoyens vivant dans les zones rurales et fluviales, à savoir les régions de Kolokuma, Ogbia et Sagbama, Nembe et Southern Ijaw, ont bafoué les directives gouvernementales sur l’utilisation du masque facial. Ils ont également été signalés ne pas observer de distanciation physique dans leurs communautés, mais le niveau de conformité à Yenagoa, la capitale de l’État, a été observé comme étant élevé par les citoyens.

Nos observateurs dans l’État de Rivers ont observé que la succursale d’Ikwerre de la Banque unie d’Afrique avait enfreint la directive sur la distance physique par ses clients et avait été presque fermée par le président du gouvernement local pour non-conformité au cours de la période considérée. D’autres zones visitées dans l’État, à l’exception des LGA d’Obio-Akpor et de Port Harcourt, qui ont commencé à verrouiller partiellement le 4 Mai 2020, ont été témoins d’un respect partiel par les citoyens des directives du gouvernement. On a observé que la plupart des transporteurs respectaient la distance physique lors du trajet des passagers, mais il y avait encore peu de cas de violations. De plus, les volontaires ont observé que la plupart des policiers en patrouille ne portaient pas de masque facial et ne maintenaient pas de distance physique avec les automobilistes.

Dans l’État d’Akwa Ibom, nos observateurs ont rapporté que dans certaines régions, à savoir Mbo, Okobo, Udung Uko, Urue Offong, les fidèles des églises ont été observés ne pas respecter la distance physique et l’utilisation de masques faciaux tandis que certains transporteurs ont également été observés ne pas se conformer aux exigences du gouvernement directives sur la distanciation physique à Uyo. La plupart des marchés visités, en particulier au niveau des communautés, à Oron, Uruan, Ikot Abasi, Itu, dans les zones de gouvernement local d’Obolo oriental, ont indiqué que les citoyens se conformaient peu aux directives gouvernementales à cet égard. Cependant, en raison de la directive du gouvernement d’ouvrir les centres de culte dans l’État, nos observateurs ont rapporté que la distance physique et l’utilisation du masque facial ont été observées dans les églises surveillées dans les zones de gouvernement local de Mkpat, Oruk, Onna, Ikot Abasi et Uruan. Cependant, les églises surveillées dans les zones de gouvernement local d’Udung, Okobo, Urue Offong et Mbo par nos observateurs ont indiqué que de nombreux fidèles n’utilisaient pas de masques faciaux.

5.0 Conformité des citoyens à l’imposition par le gouvernement du couvre-feu et aux directives « rester à domicile »

Dans les six États de la région, nous avons observé le respect partiel par les citoyens du couvre-feu et des restrictions de rester à domicile par les différents gouvernements des États de la région. Dans l’État de Bayelsa, il a été observé que le couvre-feu du crépuscule à l’aube était bafoué par les citoyens de toutes les régions du gouvernement local, y compris Yenagoa, la capitale de l’État. Cependant, dans l’État du Delta, nos observateurs ont signalé un niveau élevé de respect des directives de couvre-feu dans la plupart des régions de l’État par les citoyens, en particulier après que le délai a été prolongé de 20h00 – 6h00 à 22h00 – 4h00. Dans l’État d’Akwa Ibom, la plupart des agents de sécurité qui ont appliqué les règles de verrouillage n’ont pas respecté la directive du Gouvernement Fédéral sur les heures de couvre-feu. Ils ont affirmé qu’ils attendaient d’entendre le gouverneur de l’État d’Akwa Ibom, créant ainsi une confusion parmi les citoyens. La situation était cependant différente dans l’État de Cross River, où nos observateurs ont signalé le strict respect de la directive sur le couvre-feu par les citoyens, car le groupe de travail a été observé pour surveiller et assurer la conformité. Dans l’État d’Edo, une baisse progressive du respect du couvre-feu a été observée dans l’État, car les automobilistes ont été vus faire la navette à des heures très tardives sans se conformer aux directives gouvernementales.

6.0 Conformité des citoyens à l’interdiction des rassemblements publics

Au cours de la période considérée, nos volontaires ont observé que dans l’État de Bayelsa, les citoyens des zones de gouvernement local de Nembe et d’Ekeremo organisaient fréquemment des enterrements, des funérailles et des programmes de réveil sans que le public ne se conforme à l’interdiction des rassemblements publics. À Yenagoa, de nombreuses églises comptaient plus de 300 fidèles présents, contre 200 personnes dans les grands auditoriums des églises. Dans l’État du Delta, nos observateurs ont signalé un faible respect de la directive gouvernementale sur les rassemblements publics, les citoyens se rassemblant en grand nombre dans la plupart des clubs, bars et mariages surveillés dans l’État dans les zones de gouvernement local d’Uvwie, Ughelli Nord, Sapele, Udu et Warri Sud respectivement. La plupart des mariages et des anniversaires célébrés dans l’État au cours de la période considérée ont été observés comme comptant plus de 100 personnes, contre 50 personnes. Dans la plupart des églises et mosquées visitées à Udu, Ughelli Sud, Okpe, Isoko Sud, Patani et Sapele, des fidèles de plus de 50 personnes ont été observés dans de petits auditoriums d’églises / mosquées violant les directives gouvernementales. Dans l’État d’Akwa Ibom, un niveau louable de respect de la directive par les citoyens a été observé.

7.0 Violence sexuelle et sexiste

Dans l’État de Rivers, la Police Nigériane a arrêté une femme de 24 ans qui aurait agressé sexuellement un enfant de quatre ans de son employeur, le 10 Mai 2020. Dans l’État d’Edo, le viol de Mlle Uwa Omozuwa dans une succursale de l’Église Chrétienne Rachetée de Dieu (RCCG) le 27 Mai 2020 et sa mort éventuelle reste l’événement le plus traumatisant enregistré dans l’État. Dans l’État du Delta, une fille de 10 ans aurait été violée en groupe alors qu’elle faisait du colportage dans les rues de la communauté d’Opuama, dans la région du gouvernement local de Warri Nord, le 8 Juin 2020. Ces rapports indiquent la nécessité pour les gouvernements des États – mettre en place des équipes spéciales et instaurer des mesures plus fortes pour lutter contre la menace de la violence sexuelle et sexiste dans la région. Nous plaidons pour la priorisation de la sécurité des enfants à cette période critique et la nécessité d’améliorer les actions de la police sur la violence sexuelle et sexiste et la visibilité à travers les États. Il est encourageant de noter que le projet de loi sur l’interdiction de la violence contre les personnes a été adopté par l’Assemblée de l’État d’Akwa Ibom. Nous préconisons une mise en œuvre efficace de cette loi et d’autres lois pour lutter contre la violence sexuelle et sexiste dans la région.

8.0 Lacunes notées

1. Niveau élevé d’extorsion par les agents de sécurité à la fois à l’intérieur des États et aux frontières et autoroutes interétatiques.

2. Il y avait un faible respect des directives COVID-19 par les résidents des communautés et des zones riveraines.

3. Réunions publiques et événements sociaux malgré l’interdiction de tels engagements par les gouvernements des États de la région.

4. Non-respect par les citoyens de la distance physique et des directives de précaution du gouvernement Fédéral et du Centre Nigérian de Contrôle des Maladies.

5. Directives contradictoires sur le couvre-feu entre les gouvernements fédéral et des États de la région et manque de synergie sur les politiques de mise en œuvre du COVID-19.

6. Faible utilisation des équipements de protection individuelle par les agents de sécurité lors de l’engagement du COVID-19 dans la région.

7. L’utilisation de masques faciaux et l’éloignement physique ne sont pas une priorité pour les citoyens des communautés riveraines, ce qui rend la transmission communautaire inévitable dans différentes parties de la région.

8. Augmentation significative des cas signalés de violence sexuelle et sexiste dans la région au cours de la période considérée.

9. Absence de campagnes efficaces de sensibilisation et de mobilisation communautaire des citoyens des zones fluviales de la région sur l’impact négatif du Covid-19 sur la santé des citoyens et l’économie.

10. Le Groupe de Travail sur Covid-19 mis en place par les États ne comprend pas les membres importants de la société, y compris les chefs religieux, les jeunes, les femmes et les personnes handicapées.

9.0 Recommandations

1. Formation des agents de sécurité sur les directives opérationnelles de la police et des autres services de détection et de répression publiées par la Police Nigériane.

2. Le Gouvernement Fédéral devrait veiller à ce que le personnel de sécurité dispose d’un équipement de protection individuelle et d’une allocation de risque.

3. Le personnel de sécurité reconnu coupable d’extorsion de citoyens et de violation des droits de l’homme doit faire l’objet de mesures disciplinaires appropriées pour dissuader les autres agents en erreur. Ceux qui ont excellé professionnellement doivent être félicités formellement.

4. Une approche régionale coordonnée des directives Covid-19 est nécessaire par tous les gouverneurs des États de la région Sud-Sud.

5. Les gouvernements des États de la région devraient veiller à ce que les chefs religieux de leurs États respectent totalement les directives Covid-19 sur la réouverture des lieux de culte.

6. Tout le groupe de travail de l’État sur Covid-19 devrait être inclusif en ayant des femmes, des jeunes, des chefs religieux et des personnes handicapées afin de permettre la mobilisation communautaire pour vaincre la pandémie.

Que Dieu bénisse la République Fédérale du Nigéria et guérisse notre terre.

Benson Olugbuo, PhD
Directeur exécutif,
Fondation CLEEN

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*