Phone +234-9035200933

Déclaration préliminaire de la Fondation CLEEN sur les élections présidentielles et législatives de 2019

  1. 1. Introduction

Le Centre de soutien à la sécurité des élections (CSSE/ESSC) de la Fondation CLEEN, en collaboration avec la Commission du service de police (PSC) et le barreau nigérian (NBA), observe et surveille la conduite des agences de sécurité déployées pour les élections présidentielle et législatives.

  1. Déploiement

La Fondation a déployé 1600 observateurs nationaux accrédités dans les 774 zones administratives locales pour observer la conduite du personnel de sécurité lors du scrutin.

  1. 3. Ouverture des bureaux de vote

Des informations provenant de nos observateurs à travers le pays indiquent qu’il y avait une forte participation précoce et élevée aux scrutins. Cependant, il a été observé dans certaines des unités de vote que le personnel de sécurité, les agents électoraux et le matériel électoral n’étaient pas dans les unités de vote à 8 heures. En conséquence, les scrutins ont commencé très tard dans de nombreux endroits à l’instar des bureaux de vote PU 018, Opes Space Cinéma, quartier A de l’État de Kogi. A la PU 111, à Zabi Gari, dans l’État de Kaduna, le vote n’a  commencé  qu’à 11h38; De même, à la PU 005, à la LGA d’Akwanga, dans l’État de Nasarawa, des fonctionnaires de la CENI sont arrivés à 9h46.

 

 

  1. Présence d’agents de sécurité

D’après les rapports de nos observateurs stationnaires et itinérants, il a été constaté que des responsables de la sécurité n’étaient pas disponibles dans certaines des unités de vote du pays. Par exemple, dans le quartier 4 de la zone de gouvernement local d’Orukanam dans l’État d’Akwa-Ibom, aucun responsable de sécurité n’a été aperçu à 8heures ; heure prévue pour le début du vote. Le même constat a également été réalisé à la PU 017, quartier Danbatta East, LGA Danbatta dans l’État de Kano ; les responsables de la sécurité n’étant pas présents à 8h00 comme attendu.

 

  1. Incidents d’atteinte à la sécurité

Nos observateurs ont signalé des problèmes de sécurité dans certains États. Par exemple, à la veille des élections, la tentative d’attaque de Boko Haram contre le village de Zabarmari, Jere LGA, près de Maiduguri, dans l’État de Borno, a été repoussée par des agents de sécurité. Aussi, au jour du scrutin, des explosions de bombe et des bruits d’armement lourd ont été rapportés peu avant le début des votes. Malgré les problèmes de sécurité provoqués par ces incidents, les habitants de Borno se sont fortement remobilisés et ont voté en masse. Dans l’État de Rivers, dans les quartiers n ° 4 PU 007, 008 et 009, des voyous politiques ont chassé les électeurs avec des armes à feu et ont emporté du matériel électoral tandis que des membres du Corps national de la jeunesse (NYSC) étaient retenus en otages, puis relâchés. Dans l’État de Lagos, des bandits politiques auraient perturbé les élections dans différents bureaux de vote.

  1. Cas de décès

Des cas de tueries ont été signalés dans certains États du pays, notamment les États de Rivers, Akwa Ibom, Ebonyi, Kogi et Zamfara. Par exemple, deux personnes ont été tuées et trois autres blessées dans la communauté Amagu de la localité du gouvernement local d’Ikwo, dans l’État d’Ebonyi, lors d’un affrontement entre des voyous politiques rivaux. Un politicien de premier plan a été abattu dans sa ville natale à Andoni LGA, dans l’État de Rivers. Des inconnus présumés ont également tué un électeur à la PU 006 à Ayingba, dans la région du gouvernement local de Dekina, dans l’État de Kogi. Des informations non confirmées font également état d’assassinats d’électeurs et d’autres personnes ayant subi diverses blessures dans l’État de Rivers.

  1. 7. Destruction du matériel électoral

Notre évaluation sur le terrain indique qu’il y a eu quelques cas de destruction de matériel électoral et d’attaque de personnel de sécurité en service électoral. Par exemple, à la PU 006, quartier 09 de la rue Bayo Oyewole, avenue Wilson, Ago-Palace Way, Okota à Oshodi Isolo LGA de l’État de Lagos, des inconnus présumés auraient incendié des bulletins de vote après avoir attaqué le personnel de sécurité affecté à cette unité de vote. Les agents de sécurité attachés à l’unité par la suite appelé au renforcement. En outre, dans le quartier 3, unité 5, LGA Esan Sud-Est, des voyous ont saisi des urnes après la clôture du scrutin. Des urnes ont également été incendiées dans l’UP 17, quartier 009 (poste de police d’Okhoro) à Egor LGA, dans l’État d’Edo. De plus, dans le quartier 10, PU5, dans la LGA d’Etsako East, des urnes auraient été détruites pendant que les agents de sécurité affectés à l’unité de vote seraient absents.

  1. Sûreté et sécurité des observateurs

Des informations troublantes sur l’arrestation et l’agression d’observateurs d’élections ont été rapportées. L’un des observateurs déployés par YIAGA AFRICA a été arrêté et détenu par la police au commandement de l’agglomération de Kafanchan, dans l’État de Kaduna. L’observateur a été relâché par la suite.

  1. Comportement des agences de sécurité

En général, les agences de sécurité se sont conduites de manière professionnelle. Toutefois, des incidents isolés ont eu lieu dans différentes zones, notamment des agents de sécurité portant des armes dans la zone de vote en violation des règlements en vigueur.

  1. Observations générales

La majorité des électeurs ont démontré leur engagement en faveur d’élections ordonnées et pacifiques, ce qui est vivement salutaire. La résilience démontrée par les électeurs au regard de grands défis tout au long du scrutin demeure un développement positif dans notre quête de consolidation de la démocratie au Nigéria.

Les observateurs de la Fondation ont noté un échec des lecteurs de cartes à puce (machines) dans certaines unités de vote, ce qui a entraîné un ralentissement des élections.

Aussi, des cas de noms manquants sur la liste électorale ont été signalés comme fut celui enregistré dans l’agglomération locale de Bwari dans le territoire de la capitale fédérale.

Des fonctionnaires de la CENI et du matériel électoral sont arrivés tardivement dans différentes zones géopolitiques du pays.

Les observateurs internationaux et nationaux ont activement participé à l’observation des scrutins.  Des incidents d’achat de vote ont été signalés dans les États d’Akwa-Ibom et de Kogi.

  1. Conclusion

La Fondation exhorte la CENI à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que tous les électeurs éligibles exercent leur droit constitutionnel de voter. Elle exhorte également les agences de sécurité à assurer la sécurité de tous les citoyens et les urnes. Enfin, elle lance un appel à tous les citoyens à se conduire en ordre et à œuvrer au maintien de la paix dans le pays.

  1. Que Dieu bénisse la République fédérale du Nigéria.

***************************

 

Benson Chinedu Olugbuo, Ph.D.

Directeur exécutif, Fondation CLEEN

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*