Phone: +234-7067899368 +234-8028761792
FILE PICTURE: February, 2019

COVID19: La Fondation Cleen Appelle Pour Des Mesures Disciplinaires Contre Les Responsables De L’application Des Lois Extorquant Des Citoyens Aux Frontieres Interetatiques; Exhorte Les Banques Commerciales A Augmenter Le Nombre De Succursales Actives Afin De Favoriser Le Respect Des Directives Sur Les Distances Physiques.

COVID19: La Fondation Cleen Appelle Pour Des Mesures Disciplinaires Contre Les Responsables De L’application Des Lois Extorquant Des Citoyens Aux Frontieres Interetatiques; Exhorte Les Banques Commerciales A Augmenter Le Nombre De Succursales Actives Afin De Favoriser Le Respect Des Directives Sur Les Distances Physiques.

FILE PICTURE: February, 2019

Pour Diffusion Immédiate
Abuja-Nigeria
21h00
Lundi ,18 Mai, 2020

COVID19: LA FONDATION CLEEN APPELLE POUR DES MESURES DISCIPLINAIRES CONTRE LES RESPONSABLES DE L’APPLICATION DES LOIS EXTORQUANT DES CITOYENS AUX FRONTIERES INTERETATIQUES; EXHORTE LES BANQUES COMMERCIALES A AUGMENTER LE NOMBRE DE SUCCURSALES ACTIVES AFIN DE FAVORISER LE RESPECT DES DIRECTIVES SUR LES DISTANCES PHYSIQUES. 

  1. Introduction

Les Nigérians ont commencé à s’adapter à l’ouverture progressive de l’économie annoncée par le président Muhammad Buhari le 27 Avril 2020. Le lundi 4 Mai 2020 a vu une énorme participation des Nigérians, en particulier dans les États de la FCT, de Lagos et d’Ogun, car de nombreux habitants se sont sortir en groupe  à la suite de la levée partielle de la restriction de circulation. Il y avait peu ou pas de recours pour se conformer aux mesures préventives, y compris la distanciation sociale, car de nombreux résidents ont été vus en grand nombre dans des lieux publics tels que les marchés, les banques, les rues, etc. l’assouplissement du verrouillage en empêchant la propagation du nouveau virus corona. On a constaté que les banques hébergeaient un grand nombre de clients, la plupart d’entre eux sans masque facial et peu de recours pour se conformer à la directive sur la distance physique.

À la suite de la déclaration du président, certains gouverneurs d’État ont  suivi cette direction en introduisant de nouvelles mesures pour faciliter le verrouillage dans leurs États respectifs. Au moment de cette publication, certains États subissaient toujours un verrouillage total.

Au dimanche 17 Mai 2020, le Nigéria avait enregistré 5959 cas confirmés de COVID-19, 182 décès et 1594 cas déchargés. Malgré le nombre croissant et l’appréhension des citoyens concernés, certains citoyens semblent vivre dans le déni concernant l’existence de la maladie du virus corona au Nigeria. Le respect par les citoyens des directives COVID-19 par les gouvernements fédéral et des États respectifs contribuera grandement à limiter la propagation du virus. Ci-dessous nos résultats des six zones géopolitiques entre le 4 et le 18 Mai 2020.

  • Méthodologie

La Fondation CLEEN continue d’adopter une approche de triangulation impliquant la collection de données primaires par nos 37 coordinateurs d’État (y compris le FCT) et les bénévoles qui suivent les développements du COVID-19 à travers les États et à partir de sources secondaires fiables d’information. La Fondation CLEEN a reçu un total de 1,692 rapport à travers les 774 LGA dans les six zones géopolitiques et ceux-ci sont ventilés comme suit:

  • 967 rapports sur la conformité des citoyens aux directives gouvernementales;
  • 498 rapports sur la conduite du personnel de sécurité appliquant les directives gouvernementales;
  • 227 rapports sur des violations des droits de l’homme par le personnel de sécurité appliquant les directives gouvernementales sur la pandémie de COVID19.

3.0 Conformité Des Citoyens Aux Directives Gouvernementales

3. 1 Commande à rester domicile

La levée du rester à domicile a conduit plusieurs Nigérians à se déplacer en masse vers diverses destinations et lieux de travail avec une mauvaise observation des mesures COVID19 recommandées telles que la distance physique, le port d’un masque facial et le non-respect du nombre recommandé de passagers être transporté par les automobilistes commerciaux en particulier à Lagos et le Territoire de la Capitale Fédérale.

Alors que la directive sur le séjour au domicile a été assouplie à Lagos, Ogun et le FCT, certains gouvernements des états dans d’autres parties du pays ont maintenu leur ordre de séjour au domicile. Nos observateurs dans le Sud-Sud ont observé un respect élevé pour l’ordre de rester à domicile dans les deux zones du gouvernement local sous verrouillage dans l’État de Rivers, à savoir Portharcourt et Obio-Akpor. Dans l’état d’Edo, les citoyens ont respecté modérément le couvre-feu de 20 h 00 à 18 h 00 dans la plupart des régions de l’État. Bien que dans certaines régions du gouvernement local comme Akoko Edo, Orhionmwon et Owan West, des citoyens aient été vus violer les règles du couvre-feu. Dans l’État de Bayelsa, des résidents de communautés telles que Kolokuma, Nembe, Sagbama et Southern Ijaw violaient le couvre-feu du crépuscule à l’aube imposé par le gouvernement de l’État. Dans l’État du Delta, cependant, les citoyens respectaient pleinement les restrictions de couvre-feu dans la plupart des régions de l’État.

Dans le Sud-Ouest, il a été observé que le respect du couvre-feu de 20h00 à 6h00 était raisonnablement élevé dans l’État de Lagos. Néanmoins, l’État a enregistré certains contrevenants, le commissaire de la police de Lagos ayant indiqué que 820 personnes avaient été arrêtées pour violation du couvre-feu imposé à l’État. Dans la LGA Ibadan Nord de l’État d’Oyo, il a été observé que les agents de sécurité sont positionnés à des endroits stratégiques pour garantir les restrictions de couvre-feu et monter des barrages routiers. Seuls les travailleurs essentiels avec des moyens d’identification sont autorisés à passer.

Nos observateurs du Nord-Est ont observé que dans l'État de Yobe, les soldats ont été vus assurant fortement le respect des directives de couvre-feu à Nguru LGA. Cependant, dans les LGA de Potiskum, Geidam et Gashua de l'état, une application modérée du couvre-feu par les militaires a été observée.

Dans le Centre-Nord, nos bénévoles du FCT ont observé une conformité partielle des citoyens aux directives sur le couvre-feu. Dans l’État  de Nassarawa, avec Nasarawa LGA comme seule zone de gouvernement local sur un verrouillage total, il y avait un niveau élevé de conformité avec l’ordre de rester à la maison. Des résidents d’autres LGA de l’État, comme Lafia, Keffi et Akwanga, auraient retrouvé la vie comme d’habitude sans se conformer aux directives du crépuscule à l’aube. Dans l’État du Plateau, il a été observé un niveau élevé de conformité de la part des citoyens, en particulier dans la région de Mangun LGA. Dans l’État  de Benue, qui est soumis à un couvre-feu de 18 h 00 à 7 h 00, des pubs et des lieux sociaux ouverts jusqu’à tard dans la nuit.

Dans le Sud-Est, nos bénévoles ont observé un respect modéré du couvre-feu imposé du crépuscule à l’aube dans les cinq états de la région. Cependant, dans  l’État d’Enugu, nous avons observé un faible niveau de conformité de la part des citoyens, en particulier dans les zones rurales de l’État.

Dans le Nord-Ouest, nos observateurs ont noté que le respect par les citoyens aux directives du gouvernement sur le séjour à la maison était extrêmement faible et surtout aléatoire dans la plupart des états où le verrouillage est en vigueur, en particulier dans l’État de Kano, Jigawa et Kaduna. Dans l’État  de Kaduna, les directives COVID-19 sont largement respectées davantage par les résidents des zones urbaines que par les résidents des zones rurales. Nous avons cependant appris auprès des membres de la communauté à faible revenu que, malgré le verrouillage, certains sont toujours en mesure d’aller au marché pour faire du commerce les jours non marchands, en particulier pendant le mois du Ramadan, tandis que certaines personnes traversent en et dehors l’État.

3.2 Non-conformité des directives sur la distance sociale

Dans le Sud-Sud, nos observateurs ont signalé un respect limité des directives de distanciation physique dans la plupart des marchés et des banques des états d’Akwa Ibom, d’Edo et de Bayelsa. À Calabar, dans l’État de Cross River, il a été signalé que les résidents des marchés et des épiceries  de la ville ne respectaient pas les mesures physiques de distance. Plusieurs banques de l’État de Rivers ont également été observées comme étant très peuplées sans recourir à des directives de distanciation sociale.

Dans l’État  de Lagos, dans le Sud-Ouest du Nigéria, nos observateurs ont signalé une faible conformité aux mesures de distanciation sociale, en particulier dans la plupart des banques et des marchés. Les transporteurs commerciaux / les coureurs de moto ne respectent pas non plus les directives sur la distance physique. La situation est également la même dans l’État d’Ondo, où nous avons observé le non-respect des directives de distanciation sur divers marchés alimentaires locaux autour d’Akure, la capitale de l’État.

Dans différentes parties de l’État d’Osun et de la LGA Ibadan Nord-Est de l’État d’Oyo, nos observateurs ont signalé un niveau de conformité louable aux directives sur la distanciation physique, car la plupart des banques, des restaurants et des entreprises privées assuré l’utilisation d’un désinfectant pour les mains ou d’un lavage des mains avant d’entrer dans leurs installations. Ils ont également veillé à ce qu’un nombre minimum de clients soit autorisé à la fois.

Dans certaines régions des États du Nord-Est comme Adamawa, Bauchi, Gombe, Taraba et Yobe, des citoyens ont été observés se conformant à la distance physique et au port des directives sur les masques faciaux. Cependant, à Balanga LGA de Gombe, la conformité des citoyens aux directives gouvernementales a été jugée très médiocre. La conformité à la distance sociale, l’utilisation d’un masque facial et d’un désinfectant pour les mains étaient presque inexistantes. Au cours de la période considérée, la plupart des États du Nord-Est ont assoupli le verrouillage initialement imposé pour limiter la propagation de la pandémie de COVID19.

Dans les régions de Kubwa, Lugbe et Nyanya-Mararaba de la FCT et de l’État de Nasarawa, il a été observé que de grands groupes de personnes se rassemblent souvent au bord de la route dans le but de sécuriser les voitures commerciales entrant dans la ville. Aucune attention n’a été accordée aux mesures physiques de distance prises par ces navetteurs. La situation n’est pas différente dans l’État de Benue où les transporteurs ont bafoué les directives sur la distanciation sociale en transportant six (6) personnes ou plus dans des voitures berlines et quatorze (14) personnes pour les bus.

Dans la région du Sud-Est, nos observateurs ont signalé qu’à Aba et Umuahia dans l’État d’Abia et dans l’État d’Imo respectivement, il y avait non-respect de la distanciation sociale sur les marchés, les banques et les véhicules commerciaux par les citoyens. Les banques et les marchés étaient considérés comme surpeuplés dans les zones susmentionnées. Nos volontaires dans l’État d’Anambra ont observé que la distanciation sociale n’était pas respectée autour des marchés d’Awka, Nnewi, Nkpor et Onitsha.

Il est également inquiétant de noter que dans le Nord-Ouest, les principaux marchés ont été encombrés les jours réservés à l’assouplissement de la fermeture afin de réapprovisionner les produits essentiels. Par exemple, dans l’État de Kano, le populaire marché Kofar Wambai de Fagge LGA était rempli à ras bord alors que les résidents se pressaient sur le marché en très grand nombre. Bien que les banques, les supermarchés et les épiceries aient rendu obligatoire le port d’un masque facial avant l’entrée, les règles de distanciation sociale ne sont cependant pas respectées.

3.3 Interdiction des rassemblements publics et la conformité des citoyens

Environ 51% des observateurs de la Fondation CLEEN ont noté une conformité faible à modérée à l’interdiction par le gouvernement de rassembler le public. Cela a été attribué au niveau élevé de la ruée du public vers les banques, à une augmentation des activités économiques, des mariages et des cérémonies d’inhumation suite à l’assouplissement par le gouvernement fédéral de l’ordre de rester à la maison. Il y avait une foule sans précédent dans le FCT et l’État de Lagos au cours de la période.

Dans l’État de Bayelsa, le groupe de travail COVID-19 a arrêté six (6) pasteurs d’églises qui ont ouvert leurs églises et tenu des services dans la capitale de l’État en violation de la directive du gouvernement pour que tous les lieux religieux restent fermés. Dans la région du gouvernement local de Yala, dans l’État de Cross River, des citoyens ont été vus assister à des fonctions sociales telles que des enterrements et des mariages, violant ainsi l’interdiction des rassemblements publics. Dans l’État d’Ondo, 50 personnes ont été arrêtées par le Groupe de Travail de l’État dans un hôtel pour avoir violé l’interdiction du rassemblement social. Dans l’État de Lagos, deux installations de Badagry West LCDA ont été fermées pour non-respect des nouvelles directives sur les activités des hôtels, des discothèques et autres équipements de divertissement visant à empêcher la propagation du COVID-19 dans l’État. Dans l’État du Niger, nos observateurs ont signalé que la levée de l’interdiction des prières de la congrégation n’a pas été le témoin d’un strict respect des mesures de précaution.

Dans l’État d’Abia, nos observateurs ont fait état de réunions politiques tenues dans les AGL d’Ugwunagbo et d’Umunneochi, où les participants ont dépassé les directives gouvernementales stipulées sans maintenir de distance physique.

Dans le Nord-Ouest, l’interdiction des rassemblements publics n’a été effective que dans les grandes capitales de villes telles que Kaduna, Kano, Gusau et quelques autres endroits. Nos observateurs ont confirmé que les prières de la congrégation se déroulaient toujours dans des régions reculées des États sans avoir recours à l’avis de santé publique pertinent.

3.4 Mouvement interétatique

Dans le Sud-Sud, nous avons observé des mouvements interétatiques de citoyens. Dans l’État de Bayelsa, nos observateurs ont signalé que du personnel de police à la jonction d’Okaki (porte de péage) qui est l’une des frontières entre Rivers et Bayelsa dans la partie orientale de l’État a été vu extorquer de l’argent aux automobilistes pour permettre l’entrée dans l’État. Certains de ces officiers ont cependant été rapidement appréhendés par le nouveau dirigeant de la police de l’État. Dans l’État de Cross River, il a été observé que le groupe de travail mis en place par le gouvernement de l’État devenait moins visible aux postes frontières / péages. Cela a permis aux citoyens d’entrer et de sortir librement de l’État. À Edo, une remorque transportant 84 voyageurs du nord du pays a été interceptée à Irrua par le groupe de travail de l’État, les voyageurs ont été emmenés à l’hôpital spécialisé d’Irrua où trois (3) des personnes ont été testées positives pour le COVID-19. Dans l’État d’Akwa Ibom, un camion de gardiens de troupeaux a été appréhendé à Itu LGA (un point frontière entre Akwa Ibom et l’État de Cross River) par un officier de police divisionnaire.

Nos observateurs dans l'État de Lagos ont signalé que les restrictions aux mouvements interétatiques entre Lagos et l'État d'Ogun via la route express Lagos-Ibadan sont strictes en raison de la forte présence de personnel du Corps Fédéral de la Sécurité Routière et d'autres agents de sécurité sur la route. Cependant, le mouvement vers l'extérieur de Lagos à Ogun a été moins contrôlé et surveillé car les transporteurs commerciaux ont bafoué les directives sur le nombre de passagers qu'ils devraient transporter. La LGA d'Ogun au bord de l’eau qui borde les États de Lagos et d'Ondo est également restée un point d'entrée clé en raison de la nature poreuse des frontières terrestres et maritimes. Cela a également conduit à un nombre élevé de victimes infectées par COVID-19 qui a été découvert dans la LGA. Dans l'État d'Ekiti, les rapports des LGA frontalières telles que Ikere, Emure, Ekiti South West, Moba, Ekiti West, etc. indiquent que les agents de sécurité extorquent de l'argent entre N200 - N5000 aux voyageurs pour permettre les mouvements d'entrée et de sortie de l'État. Un bus rempli de voyageurs en provenance de l'État de Sokoto aurait été intercepté à Afao-Ekiti à Irepodun / Ifelodun LGA au cours de la période considérée. Les habitants des communautés frontalières de l'État d'Ondo ont également allégué que les agents de la sécurité extorquaient de l'argent en échange du libre passage des voyageurs la nuit. Il a également été signalé que neuf (9) enfants d'Almajiri ramenés de l'État de Kano ont été renvoyés à l'entrée d'Akure après avoir franchi de nombreux points de contrôle.

Les rapports émanant de l’État du Niger dans le Centre-Nord du Nigéria ont montré une augmentation des voyages interétatiques, en particulier au sein de la LGA de Shiroro de l’État. Dans l’État de Benue, il a été observé que les transporteurs utilisent la période de minuit pour les voyages interétatiques malgré l’interdiction des voyages interétatiques non essentiels. Dans l’État de Kogi, des observateurs ont signalé que des agents de sécurité avaient été vus extorquer de l’argent à des transporteurs à raison de 3 000 Nairas chacun pour permettre le passage par l’autoroute Abaji / Lokoja.

Dans l’État de Kebbi, au Nord-Ouest du Nigéria, il existe une ordonnance de restriction sur la circulation des personnes à travers les frontières de l’État. Mais avec la complicité des agents chargés de la sécurité et de l’application des lois, l’application de la loi est restée contestée. Nous avons également remarqué un afflux de personnes de la République du Niger et des Républiques du Bénin dans l’État. La nature poreuse de nos frontières nationales autour de l’État de Kebbi présente un grave risque pour la santé publique de l’État et de l’ensemble du pays.

Dans l’État d’Abia, nos bénévoles ont signalé qu’à la frontière entre Abia et l’État de Rivers, des passagers ont été vus débarquant d’autobus en provenance de Port Harcourt et traversant le pont de la rivière Imo pour rejoindre d’autres véhicules en attente du côté d’Abia du pont, tous sous les yeux vigilants des responsables de la sécurité qui ne les ont pas arrêtés. En outre, il a été signalé que le mardi 5 mai 2020, le groupe de travail COVID-19 et les responsables de la sécurité ont intercepté et retourné un camion chargé de produits alimentaires de Zamfara qui aurait plus de 24 enfants Almajiri cachés sous les produits alimentaires et un autre groupe caché dans du bétail camions à la frontière Enugu – Abia. Il a également été signalé que dans les communautés frontalières d’Enugu – Anambra à Ugwuoba et Amansea; les automobilistes ont pris des passagers à Enugu et les ont déposés à la frontière où ils croisent et montent à bord des véhicules entrant dans Anambra. Ces événements se sont déroulés sous les yeux vigilants des agents de sécurité. Notre volontaire d’Oguta LGA dans l’État d’ Imo a également signalé que dès 6h00, des voitures d’Omoku dans l’État de Rivers se déplaçaient en convoi à Onitsha via le ferry de ponton du lac Oguta et revenaient à 18h30 tous les jours. Une moyenne de N2, 000 est payée pour le dédouanement.

4.0 Conduite du personnel de sécurité lors de l’application des directives gouvernementales sur la pandémie de COVID-19

Concernant la conduite générale du personnel de sécurité en service COVID-19, les observateurs étaient également divisés, 50% jugeant la conduite du personnel de sécurité bonne / très bonne tandis que 50% jugeaient également leur conduite mauvaise / passable.

4.1 Assassinats extrajudiciaires de membres du personnel de sécurité et d’autres acteurs de l’État

Nos observateurs ont enregistré un total de 33 décès depuis le début de la restriction des mouvements. Le 4 mai 2020, au marché d’Onitsha, dans la région d’Ogbaru LGA, dans l’État d’ Anambara, il a été signalé qu’un membre de la Groupe de Travail du marché s’était battu avec un jeune garçon et l’avait poignardé à mort. Nous avons été informés que le groupe de travail a refusé l’entrée de la mère du garçon sur le marché parce qu’il ne portait pas de masque facial, ce qui a conduit à une bagarre qui a entraîné la mort du jeune garçon. Dans l’État du Plateau, un jeune homme a été tué par des membres des Forces armées Nigérianes. La Commission Nationale des Droits de L’homme a ouvert des enquêtes sur ces exécutions extrajudiciaires.

4.2 Brutalité des citoyens par les agents de sécurité et vice-versa

Dans les États de Rivers, il a été signalé que le gouverneur de l’État appliquait des directives draconiennes qui violent les droits des citoyens de l’État. Les citoyens qui ont enfreint l’ordre de rester à domicile ont vu leurs véhicules saisis et mis aux enchères par le gouvernement de l’État sans recourir à des sanctions plus légères. En outre, le Gouverneur a démoli un hôtel nommé Prodest dans la capitale de  l’État pour violation des directives du gouvernement. Nous condamnons les actes du Gouverneur et appelons à la retenue et au respect des droits des citoyens tels qu’ils sont consacrés dans la Constitution de la République Fédérale du Nigéria.

Dans l’État de Gombe, il y a eu un rapport de violation des droits de l’homme par la brigade d’intervention rapide lors de l’exécution du verrouillage partiel dans l’État. L’escouade a pris d’assaut la communauté de Wuntin Dada dans la capitale de l’État et a arrêté 40 petits commerçants pour avoir prétendument été dans leurs magasins la nuit malgré le couvre-feu imposé par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus. Après l’arrestation, ils ont été transportés dans environ cinq fourgons de police Hilux et emmenés au bureau de la police divisionnaire de Yelwa et détenus sans recours à une distanciation sociale physique.

Dans la LGA de Nasarawa, dans l’État de Nasarawa, il a été signalé le 9 Mai 2020 que les agents de sécurité, dans le but de faire respecter la loi, avaient recours à la flagellation des individus qui avaient désobéi aux directives sur le séjour à domicile au sein de la LGA avec des cannes.

Nous avons également noté une évolution inquiétante associée au programme d’échange d’Almajiri lancé par les gouvernements de Kano, Kaduna et d’autres États du Nord-Ouest. Il s’agit d’une évolution inquiétante et d’une violation pure et simple des droits fondamentaux des enfants d’Almajiri, tels qu’ils sont consacrés dans la Constitution de 1999 de la République Fédérale du Nigéria, qui garantit le droit de tous les Nigérians à vivre dans n’importe quelle partie du pays ainsi que les dispositions de la Loi sur les droits de l’enfant.

5.0 Lacunes identifiées

1. Centres de tests insuffisants dans plusieurs états de la Fédération avec plusieurs citoyens qui sont qualifiés pour être testés sans connaître leur statut COVID-19 actuel et aucune indication claire sur le statut de notre recherche de contacts, l’isolement et le traitement des patients.

2. Faible conformité générale des citoyens aux directives de précaution du gouvernement et du Centre  National de lutte Contre Maladies.

3. Mauvaise application des directives du gouvernement sur les citoyens par les organismes chargés de l’application des lois.

4. Faible conformité à la distanciation sociale dans la plupart des banques et des marchés

5. Complicité des agents de sécurité qui autorisent les mouvements interétatiques malgré les restrictions imposées par les gouvernements fédéral et des États

6. Frontières poreuses à la fois sur terre et sur l’eau malgré les restrictions entraînant une augmentation des cas de nouvelles infections dans les communautés frontalières.

7. Cas signalés de décès inexpliqués à Bauchi, Hadejia et Kaura Namoda et dans certaines parties de l’État de Yobe.

6.0 Recommandations

6.1 Les banques commerciales sont encouragées à créer davantage d’agences, en particulier dans les zones urbaines avec plus de population, car cela soutiendra les mesures de distanciation sociale des clients des banques.

6.2 Les centres religieux et les rassemblements sociaux ont continué de fonctionner dans les États dotés de règles de verrouillage partiel. Les chefs religieux et les propriétaires d’entreprises devraient se conformer pleinement aux directives du gouvernement sur COVID19.

6.3 Les institutions de sécurité et leurs agences de contrôle sont encouragées à maintenir des mesures disciplinaires internes et externes pour discipliner le personnel coupable d’extorsion de citoyens et de violation des droits de l’homme afin de dissuader les autres officiers.

6.4 La mise à disposition de centres de dépistage dans les 36 États du pays reste une mesure efficace pour arrêter la propagation de la maladie à coronavirus. Les gouvernements des États sont encouragés à créer davantage de centres de dépistage pour améliorer la détection précoce, l’isolement, le traitement et les taux de récupération plus élevés.

6.5 L’État de Kogi reste un État clé dans la mise en œuvre effective de l’interdiction des mouvements interétatiques étant donné sa situation géographique très stratégique en tant qu’État nodal reliant de nombreux autres États. Le Groupe de travail présidentiel et le gouvernement de l’État de Kogi devraient collaborer avec les agences de sécurité pour garantir la conformité.

6.6 Les déplacements massifs d’enfants d’Almajiri pendant la pandémie de coronavirus les exposent à divers risques. Chaque gouvernement de l’État est encouragé à mettre en place des programmes spéciaux de protection sociale dans leurs États pour répondre aux besoins des enfants en attendant l’élaboration d’un plan plus durable.

6.7 Les propriétaires d’hôtels et d’autres centres de loisirs sont encouragés à se conformer pleinement aux mesures préventives fixées par chaque gouvernement d’État respectif.

6.8 Les cas signalés de décès sans précédent à Bauchi, Hadejia et Kaura Namoda ainsi que dans certaines parties de Yobe devraient faire l’objet d’une enquête clinique urgente afin de déterminer la cause des décès dans ces États.

Que Dieu bénisse la République Fédérale du Nigéria et guérisse notre terre.

Benson Olugbuo, PhD

Directeur exécutif, CLEEN Fondation

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*